Partie IV – DÉCONSTRUCTION DES DIKTATS PAR LA DÉNONCIATION

LUTTER CONTRE L’OBJECTIFICATION DU CORPS DE LA FEMME

 

Etude d’un post sur Instagram
• Instagram est la plateforme qui permet de savoir facilement le nombre d’utilisation de certains hashtag. Ici par exemple nous pouvons voir le nombres de postes associés à l’allaitement. Le hashtag breestfeeding est souvent utilisé pour montrer les bienfaits de l’allaitement.

Nous avons tout d’abord tenté de voir la façon dont les utilisateurs pouvaient répondre aux posts que nous avons publiés sur notre instagram. Nous avons publié la photo d’une femme qui allaite son enfant.  N’ayant pas eu de commentaires nous avons décidé de nous orienter vers une publication récente d’un page ayant quelques milliers d’abonnés. Nous avons simplement tagué « breastfeeding » et nous sommes tombés sur une publication intéressante.

« une mère allaitant son enfant de 8 ans, qu’est ce que vous en pensez » ?https://www.instagram.com/p/BdqO4HKjfeR/?taken-by=weddingsville

Bien que l’hashtag “breesfeeding” soit généralement utilisé pour montrer les bienfaits de l’allaitement. Certains comme on a pu le voir grâce à cette publication l’utilise pour débattre sur le fait d’allaiter son enfant lorsque celui-ci est grand. Les commentaires vont de “ridicule”, “elle devrait être en prison”. “ça ressemble a du sexe, abus sur mineur”, “A ce moment là c’est ton mec”. On peut sentir que les personnes qui ont écrit ses commentaires voient la poitrine comme un attribut sexuel.

On a une sexualisation de la poitrine qui est vu comme un attribut sexuel qu’elle offrirait à son fils. Ce qui expliquerait qu’elle soit incestueuse. Cette objectification et sexualisation de la poitrine maternelle est présente dans la vie mais de manière plus subtile. On utilisera le notion “indécent” ou “inapproprié” lorsqu’une mère allaite son enfant en public.

En 2014, au Royaume -Uni une jeune femme se voit refuser d’allaiter publiquement dans le restaurant d’un hôtel.  Elle décide de prendre deux photo, une le sein nue et l’autre avec le papier que lui a donner le serveur pour le cacher. En rentrant chez elle raconte son indignation sur Twitter en utilisant l’hashtag « breastfeeding ».  Par la suite elle est contactée par de nombreux journaux pour raconter son histoire. Cela va prendre de l’ampleur puisque le responsable du parti pour l’indépendance du Royaume-Uni va commenter l’accident en prenant parti pour l’hôtel. Ensuite la présidente des ” Libéraux-démocrates pour l’équilibre entre les sexes” a qualifié la requête de l’hôtel comme archaïque.

En France récemment une femme a utilisé Facebook pour s’indigner contre des policiers qui lui ont interdit de nourrir son enfant, cela a été relayé sur Twitter par Nicolas Danet en charge de la plateforme “Change” et grâce à ce il créait le hashtag #droitàlallaitement

https://www.change.org/p/faites-respecter-le-droit-%C3%A0-l-allaitement-dans-les-lieux-de-la-r%C3%A9publique?recruiter=23993511&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

Un peu moins d’un mois après la publication de l’incident, la préfecture s’est engagée à faciliter l’allaitement des mères dans ces lieux. Ce que montre ces deux post est : raconter son expérience sur Facebook ou sur Twitter n’est pas seulement parler de soi, c’est aussi  chercher la validation de son ressenti, de son expérience.

Parler de soi avec d’autres pour créer un Nous. C’est un espace d’échange et de militantisme qui permet de mettre en avant des problèmes sociaux qui mérite d’être traité. Grâce à ces hashtag les utilisateurs se reconnaissent, ils partagent, se donnent des réponses, des actions réelles sont mises en place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *